Spécialité traditionnelle garantie

Les plus de la Moule de bouchot

Une Moule de bouchot généreuse !

Grâce à ce mode d’élevage et le suivi d’un cahier des charges bien spécifique, les Moules de bouchot se distinguent par leur taux de remplissage de chair, et par l’homogénéité de ce taux d’une moule à l’autre.

De plus, les Moules de bouchot ne contiennent pas de corps étrangers (crabes, grains de sable), et présentent une coquille propre (ni algue, vase ou sable), car au moment de la pose d’une corde ou d’un boudin sur le pieu, une hauteur minimale de 30 centimètres est respectée entre le sol et le niveau inférieur de la corde ou du boudin.

La qualité de la chair !

La chair des Moules de bouchot est onctueuse, soyeuse, non farineuse, le mode d’élevage assurant une meilleure résistance du mollusque à l’exondation (produit conditionné, transporté, stocké et mise en vente). Le mode d’élevage permet d’éviter des goûts ou des odeurs désagréables tels que la vase, dans la mesure où il n’y a pas de contact avec le sol.

L’environnement préservé.

En plus de sa qualité gustative et nutritionnelle, l’élevage de Moules sur bouchot contribue au respect de l’environnement.

En effet, la filtration de l’eau par les coquillages notamment les moules contribuent à diminuer la densité des particules en suspension. La conchyliculture favorise donc la biodiversité.

La conchyliculture, une activité verte par nature. C’est le seul élevage 100 % bio car il se déroule en milieu naturel ouvert. L’alimentation des animaux est naturelle : de l’élevage à la récolte des coquillages, ni médicament, ni produit chimique ne sont utilisés. Le coquillage filtre l’eau de mer pour capter les particules, naturellement présentes dans l’eau, nécessaires à son alimentation et l’oxygène indispensable à sa respiration.

Le saviez-vous ?

La moule est un bivalve qui grâce à deux puissants muscles, s’ouvre pour faire entrer l’eau et se referme pour protéger l’animal des prédateurs et se maintenir fermée hors de l’eau.

Comme l’huître, la moule possède un manteau permettant de fabriquer la coquille, d’être sensible au milieu extérieur et d’enserrer les branchies dans une cavité où circule l’eau. Grâce à ses branchies, elle filtre l’eau pour respirer et pour retenir le plancton dont elle se nourrit.

La moule possède aussi un byssus associé à son pied : c’est un écheveau de filaments se terminant par des micro-ventouses et qui lui permet de se fixer.

La moule ne peut changer de sexe à volonté. Contrairement à l’huître, elle doit se contenter d’une seule et même fonction pour la vie. Les spermatozoïdes sont transportés au gré des courants. Heureusement, vivant en colonies, les moules ne sont jamais bien loin les unes des autres et les spermatozoïdes peuvent pénétrer dans la cavité branchiale de la femelle pour féconder l’ovule. La femelle, ovipare, rejette les embryons à peine formés sous forme de larves. Plusieurs pontes ont lieu chaque année et à chaque ponte, un million de larves sont ainsi laissées au soin de l’océan.

Les plus de la Moule de bouchot